Histoire

 

LES ORIGINES

A Chantonnay, comme dans la plupart des communes rurales vendéennes, les activités sportives ou culturelles étaient à l’origine liées aux écoles publiques ou privées dont elles étaient des émanations. La création en 1886 de l’Ecole Primaire Supérieure va constituer une étape importante. En effet, avec l’Enseignement Secondaire, des élèves plus âgés et plus concernés par des activités sportives ou culturelles arrivent à Chantonnay. L’EPS ouvre ainsi ses portes dans des bâtiments neufs, place de la République, près de la route de Bordeaux, le 20 septembre 1886. A cette époque, et depuis la défaite de 1870, la France connaissait l’esprit de REVANCHE qui conduisait tout naturellement à la préparation du prochain conflit avec l’Allemagne. Le Patriotisme était alors de mise dans les différentes couches de la société, depuis la Droite la plus extrême jusqu’à la Gauche la plus radicale. Dans cet esprit, un bataillon scolaire fut créé à l’Ecole Primaire Supérieure de Chantonnay, 2 ans après l’ouverture en 1888. Ce bataillon scolaire effectuant des manœuvres militaires, en vint tout naturellement à s’intéresser aux exercices de tir. Progressivement des habitants de la commune, plus ou moins dans la mouvance de l’Etablissement, vinrent se joindre aux élèves pour ces exercices. Ainsi il devint nécessaire de créer une société post-scolaire. Comme il n’existait pas encore de loi précise légalisant et réglementant les associations, cette société resta encore assez informelle. Nous avons peu de renseignements la concernant, seulement sa date de naissance le 1er mai 1899 et son nom « LA PATRIOTE ». Il ne s’agissait d’ailleurs pas d’une appellation originale puisque d’autres communes comme Mareuil-sur-Lay, ou des hameaux de Sainte Cécile ou Mouchamps avaient la même. A Chantonnay également, le village de l’Angle avait une société de tir dite « La patriote de l’Angle ».

 

 

LA CREATION OFFICIELLE EN 1908

La déclaration officielle de la « PATRIOTE DE CHANTONNAY-TIR » a été reçue à la Préfecture de la Vendée le 21 mars 1908. Elle a été publiée au journal Officiel le 3 avril 1908. Comme il s’agissait d’une société de Tir, elle a reçue par la suite l’agrément du Ministère de la Guerre le 21 juillet 1909. C’est la raison pour laquelle elle a pris le titre de SAG, c’est à dire « Société agrée par le Gouvernement ». Un titre qu’elle ne manqua pas de porter sur le drapeau dont elle se dota à cette époque. Ce drapeau existe toujours et il est conservé par l’actuel président de LA PATRIOTE OMNISPORTS (Christian CHABIRON). La lecture des statuts conservés dans les archives nous confirme « La Patriote, association post-scolaire laïque avec son siège social à l’Ecole Primaire supérieure de Chantonnay, le directeur de l’Ecole est Président de Droit, le professeur le plus âgé vice-président de Droit et les autres membres du bureau ainsi que 3 ou 4 directeurs des tirs pris parmi les maîtres de l’Etablissement ». Le registre nous apprend qu’en 1909 la Société comprenait 119 membres (38 élèves, 80 militaires de réserve et 1 militaire de l’armée d’active). Le nombre de membres va augmenter progressivement jusqu’à atteindre le maximum de 199 à la veille de la première guerre mondiale. Parallèlement aux activités officielles de la Patriote, et sans rapport avec cette société de tir, l’Ecole Primaire Supérieure générait d’autres activités sportives, comme la Gymnastique et le Football. Nous ne savons pas à quelle date exacte ce dernier sport est apparu à l’Ecole mais ce pourrait être vers 1911. En effet, le photographe JOUFFELOT a réalisé deux cartes postales du plus grand intérêt représentant l’Equipe de Football Première et la Réserve de l’EPS pour la saison 1912/1913. Cette équipe appelée « l’Ardente » est ainsi l’ancêtre du Football actuel à Chantonnay.

 

 

LES SPORTS A PARTIR DE 1920

La revanche tant attendue sur l’Allemagne s’était transformée en une guerre particulièrement horrible. De ce fait pour des raisons compréhensibles, on ne devait plus retrouver le même engouement pour la préparation militaire et les exercices de tir. En revanche, pendant ce temps là, dans le domaine sportif, les 4 équipes de l’Ardente connaissaient un intérêt croissant. En plus des élèves de l’EPS, elles avaient ouvert leurs rangs, d’abord aux anciens élèves puis à tous les habitants de la commune désirant jouer au football, il devenait alors de plus en plus difficile de parler d‘équipes de l’EPS. En 1920, on décida de clarifier les choses et cette année là une décision intervint entraînant la disparition de l’ « Ardente ». Comme la société de Tir La Patriote était en perte de vitesse mais présentait l’énorme avantage de bénéficier d’une couverture légale, on put sans problème créer en son sein des sections sportives. Ce fut tout d’abord une section scolaire réservée aux élèves et baptisée « La Libellule ». En 1921 il fut organisé deux équipes d’association avec les jeunes de la ville, indépendantes des précédentes. Cette section post-scolaire prit tout simplement le nom de l’ancienne société. Et c’est ainsi que naquit le football à la Patriote. Cette section devint rapidement la plus importante et l’est encore aujourd’hui… A cette même période est apparue une section de basket-ball puis d’autres disciplines : hockey, gymnastique, natation et boxe. En quelques années de mutation la société de Tir à caractère militaire s’était transformée en une association omnisports. Le Football n’avait pas de terrain. L’entraînement et les matchs se déroulaient à l’époque dans un simple champ prêté par un particulier, route de Fontenay, avant le pont de chemin de fer. Dans les années 1923/1924, l’équipe a joué contre Sigournais, la Normalienne de La Roche, puis Mouchamps, Les Herbiers, Mortagne-sur-Sèvre, les Tigres Sablais puis Sainte Hermine et Chaillé les Marais. La composition de la Première équipe de Football en 1921 est connue : Goal : Albert ALLEZ (électricien) Arrières : Louis JAUD (boucher) et Edgar PLASSEREAU Demis : Arthur CHAUVET (cordonnier), Rémi DUPIN (Magasin Nouvelles Galeries) et Robert SEGUT (mécanicien). Avants : Jean LEBREAU (élève), RIDEAU (menuisier), Jacques PASQUIER (élève), DIEUMEGARD (charcutier) et Aristide FORGERIT (café de la Mairie).

 

 

LES ANNEES DE GUERRE

La mobilisation d’abord, puis la guerre et la défaite de juin 1940 ralentirent les activités de la Patriote sans toutefois les compromettre. Plusieurs Ardennais réfugiés remplacèrent dans les équipes les soldats prisonniers A partir du 23 juin 1940 Chantonnay était occupé par les troupes allemandes qui limitaient les déplacements. La Patriote football devint finaliste du challenge de Vendée en 1941.et fut même réquisitionnée par l’armée allemande pour un match amical contre ses soldats (match gagné par ces derniers). Durant cette période, elle dut changer plusieurs fois de terrains. En effet, elle avait à sa disposition le champ du Pont de Treize Mètres que la Famille REMONDET avait confié à l’EPS. Pour suivre les directives officielles et pourvoir à la subsistance des Internes le Directeur du Collège M. PETIT fit labourer le champ et y fit semer des pommes de terre!! La Patriote occupa alors trois terrains à proximité de la route de Pouzauges, à commencer par le pré de M. BONNAUD boulanger, puis un champ de la ferme de Ste Marie et appartenant au Maire Henri ROCHEREAU. Et ensuite dès le milieu de la guerre et jusqu’en 1953 un pré situé à l’emplacement actuel des usines Fleury Michon Malgré les difficultés de la vie quotidienne, La Patriote alignait plusieurs équipes et connaissait ses premiers succès importants. Durant la saison 1942/1943, elle reçut le titre de champion de Vendée 2ème division à l’issue d’une rencontre à Luçon le 26 avril 1943 après avoir battu Benet 2 à 1. Les drames arrivèrent à la fin de l’année 1943. Quatre joueurs de la Patriote furent arrêtés et déportés en Allemagne. Deux auront la chance de revenir du cauchemar concentrationnaire : Tino BONNIN et Eugène BARADEAU. En revanche deux périrent en déportation : Robert SEGUT et André COUDRIN. Un autre joueur, Alain GENAIS, devint en 1944 le dirigeant de la Résistance pour la commune.

 

 

LA REPRISE EN 1944

De toutes les activités sportives nées dans les années 1920, le football fut la seule à passer le cap de la seconde guerre mondiale. La Patriote put ainsi réactualiser ses statuts et en faire la déclaration à la Préfecture le 11 mai 1945. Elle reçut l’agrément ministériel de la Jeunesse et des sorts le 6 août 1949. Néanmoins, les années d’après guerre n’ont pas été les plus florissantes du club. En grande partie parce que l’absence d’un stade aménagé ne permettait pas d’organiser de véritables compétitions et ne contribuait pas à motiver les joueurs. Le football s’arrêtait même pendant une courte période en 1953. A cette époque, la famille REMONDET avait fait don à l’Amicale des Anciens Elèves d’un terrain qu’elle mettait à la disposition du Collège depuis 25 ans et offert une somme d’argent. L’Amicale décida alors d’aménager un stade près du Pont de Treize mètres. Des travaux de terrassement importants permirent de réaliser le stade de football, une piste, un sautoir et des vestiaires. Ces derniers furent décorés par un blason en ciment représentant un footballeur blanc sur fond rouge et bleu, couleurs de la Patriote. Les travaux s’achevèrent en 1954 et furent inaugurés le 3 avril 1956. Le Président Eugène AUGER avait eu la joie de voir redémarrer le football dès juillet 1954 et d’obtenir l’affiliation à la Fédération Française de Football (FFF) dès le 7 août 1954. Reprenant la compétition en 3ème division, l’équipe de football montait en 2ème division dès 1955, remportait le championnat de Vendée de ce niveau en 1958 et jouait ensuite en 1ère division de 1958 à 1960. Redescendue en 2ème division elle retrouvait sa place dans l’élite départementale dès 1961, année même où Robert ARCHEREAU devenait président de la Patriote. Le 6 septembre 1970 par une journée de festivités, la Patriote football commémorait le cinquantième anniversaire de sa création en 1921. Peut-être parce qu’elle avait avancé cette cérémonie d’une année, elle refit une nouvelle fête l’année suivante en 1971 !!! Malheureusement, durant cette période elle ne connaissait pas les succès sportifs escomptés et se faisait reléguer en 2ème division d’où elle eut quelques difficultés à ressortir. L’année 1972 lui permit tout de même une nouvelle installation au cœur de la ville sur le Stade Municipal construite aux Croisettes. Par la suite, le stade de l’Amicale des Anciens élèves dont elle avait l’usage exclusif devait changer de place et se situait désormais dans le quartier dit de Charlère, ce nouveau terrain fut inauguré le 2 avril 1978.

 

 

LA PERIODE ACTUELLE

En 1980, la Patriote Omnisports forte de 309 licenciés avec son nouveau président Guy TEXIER votait de nouveaux statuts. Ceux-ci prévoyaient un fonctionnement nouveau par sections autonomes, avec chacune un comité directeur, un bureau, un président. Le président de la section football était André BRUNET, l’entraîneur Dominique GABORIEAU et l’équipe fanion évoluait en promotion de 1ère Division de district. Il fallut attendre la saison 1987/88 et l’arrivée d’un jeune entraineur-joueur en provenance du SA Fontenay-le Comte, Laurent FUSEAU pour faire enfin accéder la Patriote au niveau régional, niveau qu’elle n’a plus quitté. La Patriote fait et a toujours fait de gros efforts pour la formation des jeunes. La saison 1989/1990 allait se révéler exceptionnelle pour l’équipe « juniors ». Celle-ci réalisait un parcours superbe en coupe Gambardella avec 6 victoires consécutives qui lui ouvraient l’accès à la seconde phase nationale pour la première fois dans l’histoire du club. Nos juniors ont pu affronter dans un mini-championnat les formations de Cognac, Angoulême et aussi les Girondins de Bordeaux avec Christophe DUGARRY, alors international junior, et son entraîneur Gernot ROHR. Cet événement du 20 février 1990 vécu sur la pelouse du stade des Croisettes devant 1500 supporters a laissé de fabuleux souvenirs. En 1996, sous la présidence de Christian CHABIRON et avec l’herbretais Christian MAUDET comme responsable technique, la Patriote jouait pendant deux saisons en Division Supérieure Régionale, le plus haut niveau atteint. Rétrogradé en DRH en 1999, le club remontait en DRS en 2000 avec l’entraîneur et ex-Yonnais Maurice REVEILLERE. Depuis 2007, la Patriote évolue en DRH avec pour entraîneur Freddy POTEREAU en ce début de saison 2008/2009. Première association sportive de Chantonnay, la Patriote Football a depuis plusieurs années son siège social à l’Hôtel de ville.

 

 

Historique rédigé avec les informations puisées dans l’ouvrage du centenaire de La Patriote de Chantonnay 1899-1999 tiré à 500 exemplaires : 2ème trimestre 1999.

Concepteur du recueil : Maurice BEDON avec la collaboration de La Patriote, Guy TEXIER et Paul CALANDREAU.